Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 14:51

Marc DOLEZ a exposé les raisons pour lesquelles les députés du Front de Gauche approuvent le budget de la justice (mardi 30 Octobre, 2ème séance).

 

M. le président. La parole est à M. Marc Dolez.

M. Marc Dolez. Monsieur le président, madame la garde des sceaux, mes chers collègues, le projet de budget de la justice pour 2013 s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle politique pénale. Notre groupe approuve les principes généraux qui la guident, tels qu’ils ont été définis par la circulaire du 19 septembre 2012 : fin des instructions individuelles, diversification des modes de poursuite, limitation du recours à la comparution immédiate et à l'emprisonnement, réaffirmation de la spécificité de la justice des mineurs, priorité donnée à l'aménagement des peines.

Nous saluons la rupture ainsi engagée avec la politique inefficace du « tout répressif» et du « tout carcéral » menée par la précédente majorité.

Nous soutenons également la volonté de réhabiliter le service public de la justice et le nouvel état d'esprit dont est imprégné ce budget, un budget en hausse. Et compte tenu des restrictions budgétaires qui affectent les autres ministères, on ne peut que se réjouir a priori d’une telle augmentation.

Nous n'oublions cependant pas la situation catastrophique dans laquelle se trouve le service public de la justice. La commission européenne pour l'efficacité de la justice relève, dans son rapport de 2012, que la France est quarantième sur quarante-sept pays, en termes de budget public annuel total alloué au système judiciaire rapporté au produit intérieur brut par habitant.

L'accroissement des effectifs prévu pour la période 2013-2015 est certes à souligner, même si cette augmentation ne se traduira pas pour autant par une amélioration suffisamment significative de la situation, tant les besoins sont considérables. C’est vrai pour la protection judiciaire de la jeunesse comme pour les services judiciaires et l’administration pénitentiaire.

À cet égard, nous approuvons la décision de suspendre tous les projets annoncés par la précédente majorité qui n'avaient pas encore été financés et de ne plus retenir la modalité du partenariat public-privé, jugée à raison trop dispendieuse, pour les futurs projets immobiliers.

Nous notons avec satisfaction la volonté affichée d'en finir avec le « tout carcéral » et d'améliorer des conditions de détention souvent indignes.

Concernant les services judiciaires, si un effort exceptionnel pour les frais de justice est annoncé, nous regrettons qu’en contrepartie, les budgets de fonctionnement diminuent au regard de la situation déplorable de nombre de juridictions. Nous regrettons également qu'en matière statutaire et indemnitaire rien ne soit prévu pour les personnels administratifs de catégorie C avant 2014 et rien non plus pour les greffiers avant 2015.

S'agissant de la protection judiciaire de la jeunesse, au-delà de la création de 205 postes, indispensable mais non suffisante, nous contestons la création de quatre nouveaux centres éducatifs fermés. Comme nous le disons de manière récurrente, la banalisation de ces centres est problématique car cette structure tend à devenir depuis plusieurs années l'unique réponse à la prise en charge des mineurs délinquants.

Enfin, concernant l'accès à la justice, nous déplorons la situation de l'aide juridictionnelle qui connaît une perte significative de 17,3 millions d’euros sur une année. Comme tous les syndicats de magistrats et d’avocats, nous considérons que l'accès à la justice est gravement entravé par la fameuse taxe de procédure de 35 euros qui sera exigée, sous peine d'irrecevabilité de la demande. Nous demandons sa suppression immédiate et notre groupe a d’ailleurs déposé une proposition de loi en ce sens.

Madame la garde des sceaux, même si les députés du Front de gauche mesurent l'insuffisance des crédits, ils émettront un vote d'encouragement, encouragement à poursuivre dans la dynamique que vous insufflez pour réhabiliter la justice. Mais cette réhabilitation devra se fonder sur de nouvelles bases : suppression des peines plancher, suppression du tribunal correctionnel pour mineurs, suppression de la rétention de sûreté, suppression de la taxe de procédure.

C’est dans cette perspective, et pour toutes les raisons que j’ai indiquées, que nous voterons ce budget. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR, SRC et RRDP.)

 

 

______________

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marc DOLEZ
  • Le blog de Marc DOLEZ
  • : Député du Nord. Membre du groupe GDR (Front de Gauche), de la commission des lois et du bureau de l'Assemblée Nationale.
  • Contact

Agenda

 

 

Recherche